Saint Martin Lys - Route de la Pierre-lys - Historique

l'objectif de cette page est de regrouper toute les informations que je trouverai sur la route de la Pierre-Lys, du début des travaux par Félix Armand jusqu'à nos jours. Les documents qui mériteraient de figurer dans l'historique qui sont déjà en place dans d'autres pages, restent dans leur pages respectives, et ne seront que référencés ici.

Historique des travaux

1775/1776

Traditionnellement le début des travaux pour créer la route de la Pierre-lys est daté de 17751 - Mais comme le grand orchestrateur de ces travaux est Félix Armand et que Félix Armand a été désigné curé de St Martin fin 1775, il est plus vraisemblable que les travaux n'aient commencé qu'en 1776.
Il est vrai que Félix Armand avait desservi la paroisse de St Martin avant d'en être nommé curé (dès mars 1775), mais comme il était résident à Belvianes il est vraissemblable qu'il ait souvent eu besoin d'utiliser le chemin passant par dessus les gorges (celui qui prenait une journée entière pour aller de St Martin à Quillan) et ait là conçu son projet de désenclavement de St Martin.

1781

percement du trou du curé

1781 / 1813

Elargissement du chemin creusé

1813

classement de la route en route départementale (voir la polémique sur ce point - le site wiki-Sara sur sa page relative aux routes départementales de l'Aude semble donner raison à Sabatier - la "nomenclature de 1813" prévoit déjà une départementale n° 17 de Quillan à Roquefort - même si les travaux entre St Martin et Roquefort ne sont pas encore engagés)

1814 (Toussaint)

Célébration au trou du curé de la fin de la route.

1815/1821

Poursuite des travaux d'élargissement - creusement du chemin muletier contournant le premier massif à l'entrée des gorges coté St Martin. Les travaux sont payés de gré à gré par Félix Armand mais financés par le département.

1821

Service de cantonier financés par le département - travaux financés directement par le département. Devient la départementale n° 17

1821/1840 Prolongation de la route vers Axat, puis vers le Roquefortes (cap de Bouc)

1840

levée de la contrainte des militaires par rapport à la largeur de la route (moins de 2 mètres pour interdire les déplacements d'artillerie).

1843

Le tracé de route "Royale" de Perpignan à Bayonne est remis en cause pour déterminer s'il doit passer par la Pierre-lys (projet soutenu par le conseil général de l'Aude) ou continuer de passer par le Col de St Louis (comme s'était le cas depuis 1836 - pour l'amménagement du col de St Louis cf JPO 10/10/1835 et 03/05/18362) - Cette discution soulève l'indignation des communes qui pourraient ne plus être traversées par cette route. Voir sur ces discutions l'exemple de Caudiès donné dans sur le site du Musée virtuel de Caudiès-de-Fenouillèdes (délibérations lors de la séance du 26 août 1843 du Conseil général des Pyrénées Orientales) - (et autre page de ce même site sur la route du col de St Louis)

1845

Pré-Enquête organisée par le Préfet des Pyrénées-Orientales (cf Le journal des Pyrénées-orientales du 28/06/1845

PRÉFECTURE DES PYRÉNÉES-ORIENTALES.
Route Royale N° 117, de Perpignan à Bayonne.

ENQUETE sur l'avant-projet de rectification de la route royale n° 117, entre Caudiès et Quillan , par les vallées de la Boulzanne et de l'Aude.
Nous , Préfet des Pyrénées Orientales, donnons avis que, conformément à notre arrêté, en date de ce jour, et en exécution des ordonnances royales des 18 février 1834 et 15 février 1835, les pièces du projet dont s'agit seront déposées à la préfecture, bureau des Travaux Publics, pendant un mois et demi, du 1er juillet 1845 jusqu'au 15 août suivant inclus , et communiquées, sans déplacement, à toutes les personnes qui voudront en prendre connaissance.
Les observations auxquelles ce projet pourrait donner lieu , seront inscrites sur un registre ouvert à cet effet.
La commission d'enquête, formée conformément à l'article 4 de l'ordonnance royale du 18 février 1834, se réunira le 24 août 1815, à l'hôtel de la Préfecture, à onze heures du matin, pour procéder aux opérations prescrites par la même ordonnance.
Ont été nommés membres de la commission :
MM. Durand, négociant et membre du Conseil général du département, qui la présidera ; Pla et Lalabrègue, membres du même conseil ; François Parès, Tastu-Jaubert et Grosset-Saleta, membres du Conseil de l'arrondissement de Perpignan ; Joseph Fabre, banquier et entrepreneur de diligences ; Picas, avocat ; Edmond Jaubert-de-Passa et Charles Miquel, propriétaires , domiciliés à Perpignan.
A Perpignan , le 26 juin 1845
Signé : Vaïsse.

1852

Carte de l'Aude présentant les routes du département3
Voir en particulier la route de Quillan à Roquefort (route départementale n° 17) qui passe par St Martin de Taissac (sic...), la route de Perpignan à Bayonne qui passe par le col de St Louis (de l'autre coté de la forêt des Fanges route n° 117), un chemin de Caudiès - Puilaurens - Axat qui ne suit pas le ruisseau d'Alies (route de grande circulation, comme celle du Rébenty) et l'absence de route suivant l'Aude (la future RN 118 - alors qu'on peut voir le "chemin Vauban" (tracé originel passant par Loustalnau, Rodome et Quérigut abandonné le 28 décembre 1866)...)

St Martin Lys, Carte Levasseur de 1852 - Détail

Détail de la carte de Levasseur de 1852

1855

Percement du tunnel de 80 m à l'entrée des Gorges côté St Martin.

1866

Enquête d'utilité publique pour que la route "impériale" n° 117 entre Perpignan et Bayonne passe par la Pierre-Lys (Route vers Caudiès par le col du Campérier)
Annonce publiée dans le Journal des Pyrénées Orientales du 29 mai 1866 (trouvée sur le site du Musée virtuel de Caudiès-de-Fenouillèdes et du Patrimoine de l'occitanie2
PREFECTURE DES PYRENEES-ORIENTALES.
Arrondissement de Perpignan.
PONTS ET CHAUSSÉES.
Route Impériale n° 117, de Perpignan à Bayonne.
Rectification entre Caudiés et Quillan.
Avant-Projet pour la rectification de cette route, entre la ville de Caudiés et le département de l'Aude.
Enquête d'utilité publique sur l'exécution de ce projet
Nous. Préfet des Pyrénées-Orientales, commandeur de la Légion d'honneur, officier de l'Instruction publique, etc.
Vu la lettre en date du 17 janvier 1866, par laquelle M. le Ministre de l'agriculture, du commerce et des travaux publics, 1° prescrit la préparation d'un avant-projet concernant la rectification de la route impériale n° 117. de Perpignan à Bayonne, par le col de Campérié et les vallées de la Boulzane et de l'Aude, entre Caudiés et Quillan, sur une longueur de 19 269m 40 ; 2° et accorde l'autorisation de soumettre ce projet aux formalités de l'enquête d'utilité publique, dont la durée doit être déterminée par nous, en vertu du décret du 13 avril 1861, art. 2. § 3 ;
Vu les pièces relatives à cet avant-projet, dressé par MM. les ingénieurs ;
Vu la loi du 3 mai 1841, titre Ier et l'ordonnance réglementaire du 18 février 1834, sur les formalités des enquêtes relatives aux travaux publics ;
Considérant que l'importance du projet exige que l'enquête autorisée par la décision ministérielle précitée ait une durée d'un mois,
Arrétons
Art. 1er. — Une enquête d'utilité publique est ouverte dans le département des Pyrénées Orientales, sur l'avant-projet de la rectification de la route impériale n° 117, entre la ville de Caudiés et le département de l'Aude, dressé par MM. les Ingénieurs des ponts et chaussées.
Elle commencera le 10 mai 1866 et se terminera le 10 juin suivant.
Art. 2. — Toutes les pièces de projet seront déposées, pendant ce délai, à la Préfecture (2e division), où toute personne pourra en prendre connaissance sans déplacement, tous les jours, de 10 heures du matin à midi.
Art. 3. — Un registre sera ouvert pendant le mois de l'enquête, conformément au 1er § de l'article 5 de l'ordonnance du 18 février 1834, à la Préfecture, pour recevoir les observations auxquelles pourrait donner lieu le projet en question.
Art. 4. — La commission qui, aux termes des art. 4 et 6 de l'ordonnance du 18 février 1834, doit être formée au chef-lieu du département, pour examiner les déclarations consignées au registre d'enquête, sera composée de neuf membres, savoir
MM. Bach, membre du Conseil général.
    Pla, idem.
    Parès, idem.
    Benet, membre du Conseil d'arrondissement et maire de Caudiés.
    Vallarino, membre du Conseil d'arrondissement.
    Lazeu de Peyralade, maire de St-Paul.
    Camps, maire d'Estagel.
    Gonzalvo Jean, propriétaire à Estagel.
    Bataillé Henri, propriétaire à Caudiés
MM. les Ingénieurs en chefs des ponts et chaussées de l'Aude et des Pyrénées-Orientales assisteront aux réunions de la commission.
Art. 5. — Cette commission se réunira , sous notre présidence ou celle de notre délégué, le 15 juin 1866, à 2 heures du soir, à l'hôtel de la Préfecture ; après avoir entendu MM. les Ingénieurs des ponts et chaussées, avoir recueilli de toutes les personnes qu'elle jugerait utile de consulter, les renseignements dont elle croirait avoir besoin, la commission donnera son avis, tant sur l'utilité du projet que sur les oppositions ou observations qui auraient pu se produire pendant l'information.
Ces opérations, dont elle dressera procès-verbal, devront être terminées dans le délai d'un mois.
Art. 6. — Le présent arrêté sera publié et affiché dans les principales villes et communes du département.
Perpignan, le 27 avril 1866.
Le Préfet des Pyrénées-Orientales, LAPAINE.


Pour comparer, ci dessous l'annonce de l'enquête d'utilité publique parue dans le Courrier de l'Aude du 06 mai 18662 (avant le début de l'enquête et donc plus tôt que dans les PO Comme par hazard...)

EMPIRE FRANÇAIS.
Préfecture de l'Aude. - Arrondissement de Limoux.
Ponts-et-chaussées.
Route impériale no 117 , de Perpignan à Bayonne.
Rectification entre Caudiès et Quillan.
AVANT-PROJET

Pour la rectification de cette route, par le col de Camperié et les vallées de la Boulzane et de l'aude, sur une longueur de 19,269 m 40.
ENQUÊTE D'UTILITÉ PUBLIQUE.
SUR L'EXÉCUTION DE CE PROJET.
Nous PRÉFET de l'Aude, Chevalier de l'Ordre Impérial de la Légion-d'Honneur,
Vu la lettre en date du 17 janvier 1866, par laquelle M. le Ministre de l'agriculture, du commerce et des travaux publics, 1° prescrit la préparation d'un avant-projet concernant la rectification de la route impériale n° 117, de Perpignan à Bayonne, par le col de Campérié et les vallées de la Boulzane et de l'Aude, entre Caudiés et Quillan, sur une longueur de 19 mille 269 m. 40 ; 2° et accordé l'autorisation de soumettre ce projet aux formalités de l'enquête d'utilité publique, dont la durée doit être déterminée par nous, en vertu du décret du 13 avril 1861, art. 2, §3 ;
Vu les pièces relatives à cet avant-projet , dressé par MM. les ingénieurs ;
Vu la loi du 3 mai 1841, titre 1er, et l'ordonnance réglementaire du 18 février 1834, sur les formalités des enquêtes relatives aux travaux publics ;
Considérant que l'importance du projet exige que l'enquête autorisée par la décision ministérielle précitée ait une durée d'un mois,
ARRÊTONS:
Art. 1er Une enquête d'utilité publique est ouverte dans le département de l'Aude, sur l'avant-projet de la rectification de la route impériale n° 117, par le col de Campérié et les vallées de la Boulzane et de l'Aude, dressé par messieurs les ingénieurs des ponts-et-chaussées de l'Aude les 21-24 février 1866.
Elle commencera le 10 mai 1866 et se terminera le 10 juin suivant.
Art. 2. Toutes les pièces du projet seront déposées, pendant ce délai, à la Préfecture (3e division, où toute personne pourra en prendre connaissance, sans déplacement, tous les jours, de 2 à 4 heures du soir.
Un exemplaire du projet sera déposé, dans le même but, à l'hôtel de la Sous-préfecture de Limoux.
Art. 3. Des registres seront ouverts pendant le mois de l'enquête, conformément au premier § de l'article 5 de l'ordonnance du 18 février 1834, à la Préfecture et à la Sous-préfecture de Limoux, pour recevoir les observations auxquelles pourrait donner lieu le projet en question.
Art. 4. La commission qui, aux termes des art. 4 et 6 de l'ordonnance du 18 février 1836, doit être formée au chef-lieu du département, pour examiner les déclarations consignées au registre d'enquête, sera composée de 9 membres, savoir :
MM.
Detours, maire de Limoux, membre du conseil général de l'Aude.
Castel, président de la chambre de commerce, membre du conseil général de l'Aude.
Le président du tribunal de commerce de Limoux.
Fondi-de-Niort, juge de paix du canton de Belcaire, membre du conseil général de l'Aude.
Bruyére, banquier, membre du conseil général de l'Aude.
Pinet, négociant, maire à Quillan.
Debosque, propriétaire et maire à Espéraza.
Daran, maire d'Axat, membre du conseil d'arrondissement de Limoux.
Le juge de paix du canton d'Axat.
MM. les ingénieurs en chefs des ponts-et-chaussées de l'Aude et des Pyrénées-Orientales assisteront aux réunions de la commission.
Art. 5. Cette commission se réunira, sous notre présidence ou celle de notre délégué, le 21 juin 1866, à une heure du soir, à l'hôtel de la Préfecture ; après avoir entendu MM. les ingénieurs des ponts-et chaussées et des mines des départements, avoir recueilli de toutes les personnes qu'elle jugerait utile de consulter, les renseignements dont elle croirait avoir besoin, la commission donnera son avis, tant sur l'utilité du projet que sur les oppositions ou observations qui auront pu se produire pendant l'information.
Ces opérations, dont elle dressera procès-verbal, devront être terminées dans le délai d'un mois.
Art. 6. Le présent arrêté sera publié et affiché dans les principales villes et communes du département, et notamment dans celles de l'arrondissement de Limoux.
Carcassonne, le 23 avril 1866.
Le Préfet de l'Aude,
E. MAGNIEN.

1867 - 17/04/1867

La Route nationale de Perpignan à Bayonne n°117 passe par Lapradelle, le col du Campérié, le pont d'Aliès, St-Martin-Lys et Le Gorges de l'Aude (au lieu de par le col de St Louis)
La route nationale d'Alby à Mont-Louis passe également par Les gorges de la Pierre-Lys et traverse St Martin Jusqu'au Pont d'Aliès

1876

Percement d'un second tunnel coté St martin
Remarque : Le pont d'Alies date de 1876 - pont sur l'Aude permettant de suivre la rive gauche du ruisseau Alies (ou de la Crémade - les 2 ruisseaux s'étant rejoints plus haut le nom du résultat, qui est souvent à sec, dépend de l'époque) Ce ruisseau sert de limite entre St Martin et Axat, la route étant rive gauche elle dépend d'Axat)

réaménagée entre le Pont d'Aliès et le canal de Picassou en 1877, entre le canal de Picassou et le roc du Lierre le 29 juin 1884 (tunnel de Pierre-Lys), entre le roc du Lierre et Belvianes en 18794

1930

La route suit la voie ferrée à la sortie des gorges (plutôt que l'ancien lit de l'Aude)

1972

La route est déclassée et redevient une route départementale (RD 117),

1979

suppression du deuxième tunnel de St Martin, élargissement du trou du curé et du grand tunnel en même temps que de la route sur pratiquement toute sa longueur


1Louis Cardaillac, Félix Armand et son temps, Un siècle d'histoire dans les Pyrénées Audoises (1740-1840), Montfort-sur-Boulzane, L. Cardaillac, 2011, 253 p. (ISBN 978-2-7466-3701-6)
2L'ensemble des références à des journaux anciens est extrait du site des Ressources du patrimoine la Région Occitanie
3L'image de la carte Levasseur est extraite de Wikipédia - Réseau routier de l'Aude
4WIKISara Route nationale 117 - historique>


Retour à l'accueil     Pierre-Lys