Saint Martin Lys - Pont de fer du Bourrec

Comment traverser une route et une rivière d'un seul tenant

St Martin Lys, le pont de fer - carte postale ancienne

Le pont de fer du Bourrec après la gare
Carte postale ancienne montrant ce pont métallique de type ""cage"1 qui traverse à la fois l'Aude (en travers) et la route
(Ce pont de 58 m a été conçu et posé par les entreprises Eiffel : Société de construction de Levallois-Perret)

St Martin Lys, le pont de fer du bourrec St Martin Lys, le tunnel et le pont de fer du bourrec

Le pont de fer du Bourrec aujourd'hui

1 "Cet ouvrage est un viaduc métallique du type "cage", car sa structure porteuse forme une cage triangulée par les différentes membrures de sa structure. Au début du 20ème siècle l'utilisation de structures métalliques est courante car plus économique que les ouvrages en maçonnerie. De plus dans le cas de ce viaduc, la hauteur sous l'ouvrage est limitée avec la route qu'il croise, du coup l'utilisation de ce type de charpente est favorable car elle est au-dessus du plan de roulement et non au-dessous, comme la voute d'un ouvrage en pierre. Savez vous que ce viaduc a été "accidenté" par deux fois et a failli être condamné ?" (Jean-Pierre Lescure)

Historique du pont du Bourrec par Jean-Pierre LESCURE

Le viaduc de chemin de fer du Bourrec sur la commune [de Saint Martin Lys].

Présentation :
Sur la ligne de chemin de fer Rivesaltes / Quillan construite par la compagnie du Midi et l'Etat, le viaduc du Bourrec est implanté sur la commune [de Saint Martin Lys], entre le carrefour du restaurant le Rébenty et le rond-point d'Aliès. La voie de chemin de fer franchit la départementale 117 et le fleuve Aude. Tous les jours des centaines de voitures et camions passent dessous depuis sa construction et l'ouverture de la ligne en 1904. Il est de construction mixte, de pierre et de fer. Côté Axat une assise en maçonnerie de moellons sert d'appui à la travée qui franchit la route et la rivière. Côté Quillan un même appui en maçonnerie, mais prolongé par l'entrée ouvragée du tunnel du même nom. La travée de franchissement est constituée d'une charpente en fer rivetée dite en pont cage. En fait cette charpente est constituée de pièces de fer assemblées entre elles par des rivets posés à chaud. L'ensemble de ces pièces, cornières, fer plats, goussets assemblées et triangulées assure la résistance de l'ouvrage aux passages des trains depuis sa création. Les trains franchissent le vide en pénétrant dans l'ouvrage. Il n'est pas bien mis en valeur pour s'offrir à la vue des automobilistes et des touristes de passage, avec sa couleur noir délavée et ses nombreuses zones rouillées. La végétation a également envahi son environnement qui ne permet pas aux regards d'accrocher à son architecture et aux détails de sa structure.
Son Histoire :
Depuis son édification de nombreux trains de voyageurs et de marchandises ont franchi, grâces à cet ouvrage, route et fleuve jusqu'en 1939, où à la création de la SNCF le trafic a été abandonné. Des express, venant de Paris pour Port-Bou détournés pour cause d'inondations vers Leucate sont également passés au petit matin sur notre viaduc dans les années 30. En Août 1944 au moment du débarquement des alliés en Provence, le maquis local est chargé de détruire le viaduc de Bourrec. De nombreuses charges de dynamite sont placées dans la structure. Heureusement mal placées car l'ouvrage ne s'écroule pas !

St Martin Lys, pont de fer du bourrec 1944 détail 1 St Martin Lys, pont de fer du bourrec 1944 détail 2 St Martin Lys, pont de fer du bourrec 1944 détail 3 St Martin Lys, pont de fer du bourrec 1944 vue générale

Un rapport est établi par un cadre SNCF de Toulouse sur le devenir de l'ouvrage. Celui-ci, dans son rapport, déclare que la ligne n'ayant plus d'utilité, le viaduc ne sera pas réparé.

St Martin Lys, pont de fer du bourrec 1944 Courier

Les photos et le document de 1944 sur le fait de guerre sur le pont ont été fournis par Guillaume Pourageau, cadre à la SNCF

.

Miracle d'une administration complexe, le viaduc est réparé, une légende dit que la ligne était stratégique militairement ! [ligne stratégique de Perpignan à Bayonne - cf historique de la voie] Après ces travaux, les locomotives à vapeur, montées de Rivesaltes, ont pu de ce fait se rendre à Quillan pour être retournées et approvisionnées en eau et charbon [Le seul pont tournant de la ligne étant à Quillan, pour faire repartir les trains vers Rivesaltes il était nécessaire d'amener les locomotives jusqu'à Quillan pour les retourner. En effet, les machines à vapeur utilisées sur cette ligne étaient avec tender et pas conçues pour la traction tender en avant. Et donc, pour faire fonctionner le tronçon Axat-Rivesaltes il fallait réparer les dégâts du pont de Bourrec].
Mais en 1950 des locomotives diesel arrivées des Etats Unis par bateau ont remplacé les locomotives à vapeur. Ces machines n'ayant pas besoin d'être retournée, la ligne n'étant utilisée que jusqu'à Axat, notre viaduc ne voit plus passer de train. Enfin, jusqu'au jour de 1952, un énorme éboulement à l'entrée des gorges de La Pierre Lys coté Quillan a obstrué la route pour de nombreuses semaines. Un autorail au départ de Quillan montait matin et soir à Axat pour désenclaver les populations du canton. En 1956 la section de ligne Axat / Quillan est abandonnée mais pas déférée. Quelques années plus tard, l'usine de concassage de dolomie installée à la gare d'Axat est transférée dans les emprises de celles de St Martin Lys. Des trains de ce minerai partent de cette gare vers différentes destinations, tractés par différents modèles de locomotives diesel. C'est seulement en 1990 que le tronçon Quillan/ St Martin Lys sera déposé sans réflexion sur l'avenir. Le trafic entre St Martin et Lapradelle, cessera en 1998, à la faveur de la route. Puis ce sera Lapradelle / St Paul de Fenouillet en 2004. Toutefois en 1993 des amateurs de chemin de fer créent l'association : Le Train du Pays Cathare et des Fenouillèdes. Des autorails et des voitures découvertes vont repasser sur ce viaduc en 2003, pour emmener les touristes en bout de lignes déjeuner sur l'herbe ou au restaurant.

Une renaissance :
En [novembre] 2010, un camion benne parti de l'usine de St martin Lys pour la carrière de dolomie a percuté notre viaduc et s'est couché sur la chaussée [le camion serait parti avec la benne relevée (ou mal rabaissée).

St Martin Lys, accident du pont du Bourrec du 27-11-2010

Suite de l'article de L'Indépendant :
"Les faits se sont produits hier matin entre Saint-Martin et Axat. L'engin arrivait de l'usine Imérys Minéraux France, sa benne avait été mal baissée. Hier matin, aux alentours de 8h30, l'alerte est donnée. Un camion s'est renversé dans les gorges de la Pierre-Lys, entre Saint-Martin et Axat. Les gendarmes, immédiatement dépêchés sur place, avancent un scénario : «L'engin sortait de l'usine Imerys Mineraux France et sa benne avait mal été rabaissée. Arrivé sous un pont, le camion a été stoppé net, à la plus grande stupeur de son conducteur ». Plus de peur que de mal, le camion déséquilibré a basculé et s'est appuyé sur le flanc de la montagne. Personne n'a été blessé. Une ligne haute-tension de 20000 volts a été touchée, et « même si les gaines n'étaient pas endommagées », détaillent les militaires, le courant a été coupé par les agents d'Erdf pour un maximum de sécurité. Le remorquage nécessitait une brève interruption de la circulation. A noter que l'ouvrage ferroviaire a été endommagé. Les acteurs du TPCF (train touristique du Pays cathare et du Fenouillèdes) sont venus faire état des dégâts.
C. V."

Après expertise il s'avère que la structure est gravement endommagée. Que va décider RFF le propriétaire ? Après de nombreuses réunions il est décidé de réparer la structure en fer. Le dossier était compliqué car de nombreux véhicules avaient antérieurement créé des désordres sans connaître les auteurs [L'assurance du camion ne couvre qu'une partie des dégats occasionnés au pont]. De plus pourquoi dépenser de l'argent pour faire passer quelques trains de touristes voulant déjeuner en été près des gorges de la Pierre Lys ? L'histoire est un éternel recommencement : après la reprise du fret par TPCF devenu premier OFP [(Opérateur Ferroviaire de Proximité)] de France en Juillet 2010 les choses pouvaient changer. L'entreprise Imerys propriétaire de l'usine de St Martin Lys est très intéressée pour que ses produits reprennent le rail comme sur d'autres sites sur la ligne. TPCF pouvant assurer ce service, RFF se devait de rétablir l'accès à l'ancienne gare transformée en usine de concassage de dolomie.
Le chantier de reprise de la structure métallique débute fin décembre 2011. C'est l'entreprise DUMANOIS, du Nord de la France qui intervient. Il n'existe pas beaucoup de structures spécialisées dans ce domaine en France. Les travaux vont consister à reprendre les éléments de la charpente détruits par les nombreux contacts avec différents véhicules. La fabrication est entreprise après relevé sur place, des tirants, lisses, poteaux et contreventements. Des goussets qui servent à l'assemblage des différentes pièces seront également repris. Suivant les relevés les trous pour le rivetage seront exécutés en atelier. Une équipe est arrivée avec le matériel et les pièces diverses et a commencé le démontage des éléments détruits et la repose des nouveaux. Les phases les plus spectaculaires sont la préparation des rivets, leur chauffe au rouge dans un four à gaz et enfin la pose avec le rivetage au marteau pneumatique.

St Martin Lys, réparation du pont de fer du bourrec 2020 détail 1 St Martin Lys, réparation du pont de fer du bourrec 2020 détail 2 St Martin Lys, réparation du pont de fer du bourrec 2020 détail four St Martin Lys, réparation du pont de fer du bourrec 2020 détail 3 St Martin Lys, réparation du pont de fer du bourrec 2020 détail 4

Les photos des travaux de reprise du pont après l'accident de novembre 2010 sont de Dieter Schmitz Gérant du TPCF à l'époque

.

Après une peinture de protection des pièces neuves et la réception des travaux, les trains devraient pouvoir circuler à nouveaux sur le viaduc de Bourrec rapidement. La saison touristique reprendra normalement pour Pâques mais certainement que des trains de services ou des trains de marchandises aurons repris du service sur cette partie de la ligne.
Il restera à convaincre les pouvoirs publics du bien-fondé d'une mise en valeur de l'ensemble par un abattage des arbres cachant sa vue et une mise en peinture générale de la travée métallique. Ceci pouvant être également étudié pour les autres ouvrages remarquables de la ligne. Avec le projet de repose de la voie dans la pierre Lys ce souhait pourrait y être intégré et former un ensemble attractif représentatif d'un patrimoine industriel certain, dont le tourisme est friand.
Jean-Pierre Lescure, janvier 2012.

Note complémentaire : Le 29 février [2012], sous le contrôle d'un agent SNCF, la BB66105 est passée sur le viaduc du Bourrec pour l'essai de charge sans encombre.

Passage du pont du Bourrec par le TPCF

Vidéo "2015 09 22_Tpcf_Ligne touristique Rivesaltes - Axat" de miclo69 - normalement callé sur la sortie du tunnel de la Gamasse le dernier tunnel en venant d'Axat avant de passer le pont du Bourrec - mais si cela ne marche pas... se positionner à 32:50 minutes

Anecdote personnelle

Je qualifie (personnellement) ce "pont de fer" comme "à Trou" 1, car il n'y a pas de rembarde tout du long, ce qui a pu avoir certaines concéquences désagréables dans le passé.
Il se trouvait que mon oncle Ernest allait à Axat pour travailler tous les matins. Force de l'habitude et de sa connaissance des horaires des trains, il ne faisait plus très attention en s'engageant dans sur ce pont2, malgré sa longueur non négligeable. Or un soir qu'il rentrait au village à la nuit, quand arrivé à peu près à la moitié du pont, il sentit (plutôt que voir) sortir un train en manœuvre du tunnel qu'il avait devant lui. Il n'eut comme solution pour éviter l'écrasement que de se précipiter vers les flots, ne se raccochant au pont que grâce à la canne qui lui permettait de traverser les tunnels sans lumière. Il ne put rejoindre le tablier du pont qu'à la force de ses bras, en s'aidant de ce support de bois fragile. (Pour la canne, elle servait comme les cannes d'aveugle à toucher les rails régulièrement pour les longer sans problème, tout en sautant de traverse en traverse. Ceci permettait d'utiliser la voie férrée, plus courte que la route, même de nuit et même dans les longs tunnels.)

Accident d'avion

Le 6 août 2004, après avoir décollé de Carcassonne, un avion "cap 10" s'est écrasé dans la haute vallée de l'Aude, tuant Alain Raynaud, instructeur, et Céline Signoret, 18 ans, élève pilote de ligne à l'ENAC. L'avion est tombé a flanc de colline a une cinquantaine de mètres au dessus du pont du Bourrec après avoir accroché un cable électrique. St Martin Lys, le pont de fer - carte postale ancienne

Une plaque commémorant cet accident a été apposée à la pile du pont coté Axat

2 "Toutefois il est toujours bon de rappeler qu'il est interdit de pénétrer sur les voies, dans les gares et encore plus sur les ouvrages d'art. Si on s'arrête à la seule exploitation du train touristique, les rappels à l'ordre sont continus et les intrusions dans les tunnels pour vandaliser les matériels et dans les gares pour taguer les autorails, coutent beaucoup d'argent à TPCF. Il faut le dire et le répéter, car tout le monde en pâti. Ne prenez rien de mal, mais c'est aussi important de le dire, que de faire de la publicité pour le train touristique." (Jean-Pierre Lescure)


Retour à l'accueil     Précédent     Suivant