Saint Martin Lys - chemin de Lapradelle

Comment passer dans le Fenouillède.

Depuis St Martin, en passant par le Pas del Taïchou, en longeant les champs du Camp Grand, il est possible (difficilement aujourd'hui...) de rejoindre l'"ancien chemin de Quillan à Puilaurens" et ainsi de déscendre dans le Fenouillèdes.
St Martin Lys, carte du chemin de Lapradelle - gros plan depuis St Martin
St Martin Lys, carte du chemin de Lapradelle - trajet St Martin Lapradelle
St Martin Lys, carte du chemin de Lapradelle - carte d'état major

Le chemin de Lapradelle est tracé en bleu sur les 3 plans
Le premier est un gros plan pour fixer le chemin jusqu'au camp grant,
les 2 autres dessinent le trajet complet sur des supports de dates différentes
Cf le nom "révolutionnaire" de St Martin (de Taissac) sur la dernière, suite à erreur sur le bulletin des lois (Duvergier, XIII, 45; arrêté du 13 brumaire an x)

C'est par ce chemin que sont arrivés les premiers habitants d'Artozoul, puis de la vallée de Saint Martin, suivis rapidement par les moines qui ont fondé l'abbaye.
Pendant de nombreuses années ce fut le seul accès possible à notre village.
Puis le commerce s'est établi vers l'aval de l'Aude, délaissant progressivement ces régions trop souvent en conflit avec la Catalogne ou l'Espagne.

Heureusement, grace à l'entretien partiel par les chasseurs de Saint Martin jusqu'au point de vue du Pas del Taïchou (voir photos ci-dessous), il est encore possible de rejoindre Artosoul. Mais le chemin est difficile dans toute sa partie ascendante haute à flan du Cap de fer, suite à de nombreux éboulements qui ont emporté une grande partie de ce chemin. St Martin Lys, du chemin de Pas del Taïchou

Le chemin de Lapradelle en Montant au dessus de St Martin
vue sur le chemin avant le Pas del Taïchou

St Martin Lys, vue du Pas del Taïchou

Vue de St Martin depuis le Pas du Taïchou

Le Pas du Taïchou (blaireau en occitan) est le col permettant de passer d'un coté à l'autre du cap de fer et donc de basculer sur le camp grant. Ce pas se trouve à la limite nord du cap et surplombe St Martin (voir photo ci-dessus).
c'est à ce point que se draissait la croix "immémorielle" conté à la page sur la croix. Cette croix aujourd'hui disparue se trouvait juste où est assise Mélissa...

St Martin Lys, vue du rochet du Pas del Taïchou

Cette croix est décrite dans les termes suivants par l'abbé Utéza1 : "La croix qui est sur la montagne au levant, dite de Saint-Michel, en vue du village, en deçà de laquelle était la chapelle de Saint-Michel, où l'on trouva des ossements il y a deux ans, cette croix, de cœur de chêne, date d'un temps immémorial"

La suite du chemin de Lapradelle, tout le long du camp grant est systématiquement occupée par de gros chênes verts, mais il est relativement aisé d'en suivre son ancien tracé car la friche d'herbes arrive souvent jusqu'à sa limite. Il est possible tout du long de voir les anciennes bergeries qui le bordaient, avec toutes, leur toit de tuiles effondré (mais qui restent en meilleur état que les anciennes batisses d'Artozoul...). Plus loin on rentre dans la forêt même et le tracé du chemin se devine plus par le dénivelé que par des restes de muret quasiment plus existants, mais il finit par déboucher sur la route des Fanges et se prolonge en la traversant par un chemin qui lui est resté entretenu.

(photos à suivre)


1Courrier du 22 novembre 1838 à Jules Blancard repris dans Louis Amiel dans "Félix Armand, curé de Saint-Martin-Lys, sa vie et son œuvre"


Retour à l'accueil     Précédent     Suivant