Saint Martin Lys - sapin géant de la forêt des Fanges et point de vue sur la mer

Avec sa volonté de nous transmettre les connaissances que lui avait communiqué son propre grand-père, un jour Maman me conduisit dans la forêt des Fanges par des chemins que je n'avais encore jamais pris. Jusque là je ne connaissais de la forêt que les coins à champignons où nous conduisait son père. Et si j'avais souvent pris la route du Campérier, jamais je n'étais venu par le col de Saint Martin.
Les Fanges sont étendues même au dessus de Saint Martin et plein de chemins à moitiés oubliés, certains fermés. Mais depuis le col de Saint Martin, des chemins empierrés permettent d'atteindre encore sans grande difficulté le col del Fraiche. Ce col présente deux particularités que ma mère a su me montrer et me conter St Martin Lys, le sentier de Saint Martin au col del fraiche

A combien doit on se mettre pour en faire le tour ?

En attente de trouver une carte postale ancienne qui le montre (je l'ai eu vue, mais je n'ai pas encore su la retrouver). Aujoud'hui ce géant est mort (après celui de 1969, voir les liens de la page "forêt des fanges"), aussi je ne sais pas si je pourrais en mettre une photo récente...

Les bucherons qui passaient à ces pieds l'ont toujours respecté, sachant le préserver des volontés de coupe parfois manifestées par quelques étrangers.
Un de leur jeu était de se mettre à plusieurs autour pour en mesurer la circonférence en se prenant par la main bras tendus. Il fallait qu'il s'y mettent à trois pour arriver à en faire le tour (réponse à la question ci-dessus...).
En contre-bas du chemin, un petit sentier déscendait jusqu'à un gros tronc dont il faisait le tour des 2 cotés et s'arrétait. Sur le tronc un panneau avait été cloué avec ces seuls mots : "sapin géant".
Si lui était énorme, tous les arbres autour avaient aussi été préservés et étaient d'une taille concéquente. La sécheresse s'est installée depuis plusieurs années sur les Fanges rendant difficile la survie de ces géants. Quand j'y retournerai, je pourrai vous faire un état des lieux plus précis.

Où réver quand on ne peut voyager ?

Quasiment juste en face, de l'autre coté du chemin, se trouve un point de vue. Quand j'y suis allé la dernière fois, j'ai trouvé un panneau indicateur pourri, tombé à terre sur lequel on pouvait distinguer encore l'inscription "point de vue". Et quand je me suis approché, j'ai pu trouver les traces d'un banc depuis longtemps éventré. Mais ce lieu avait quelque chose de spécial pour mon arrière grand père qui y venait souvent : la possibilité par temps clair de pouvoir apercevoir la mer méditérannée. A lui qui était obligé de rester dans sa montagne pour garder ses moutons, c'était l'occasion de s'évader. Il pouvait rester des heures devant ce paysage à réver de cette liberté qu'il avait tant espérée. (photos à suivre)


Retour à l'accueil     Précédent     Suivant