Saint Martin Lys - irrigation

Comment les martinlysois assuraient leur subsistance.

Durant la période de l'abbaye bénédictine, des dons fréquents et la dîme assuraient une subsistance venue de l'extérieur à la vallée. Aussi il est vraisemblable que les espaces cultivés se soient d'abord limités aux rives alluviales de l'Aude, faciles à cultiver et fertiles, proches de l'abbaye, principalement rive gauche. La culture était accompagnée d'élevage sur une zone un peu plus répartie.

Mais avec:

les habitants de St Martin ne peuvent plus compter que sur eux même et doivent alors s'assurer de pouvoir produire leur alimentation en toute autonomie. Cette autarcie oblige à avoir sur place toutes les commodités, moulin pour moudre le grain (voir le § Source), four pour cuire le pain, forge pour les socs de charrue, les haches des bûcherons(?).
Au vu du peu d'espace cultivable en proximité il est nécessaire que le rendement soit exceptionnellement élevé.
Aussi très rapidement (début XVIIes) sont apparues les terrasses, coté droit de la source avec un système d'irrigation très astucieux permettant d'arroser à tour de rôle chacun des terrains de cet espace très contraint. Un captage était réalisé au niveau de la résurgence de la source, après son premier usage par le moulin. L'eau était ensuite canalisée vers les terrasses. Des systèmes de volet permettaient de couper le courant pour le diriger vers le terrain choisi. Ce système d'irrigation a perduré jusqu'après la deuxième guerre mondiale, tant que toutes les terrasses ont été cultivées. Ma mère me racontait que c'était la charge des enfants du village d'ouvrir le volet de leur champ à l'heure choisie ; non concernée elle-même car n'étant qu'en vacances à St Martin, (et nous n'avions pas de terrasse dans la famille), elle accompagnait Janine accomplir le miracle de la répartition des eaux.
Aujourd'hui les champs sont tous en friche et le système de captage a été détruit lors de la construction de la citerne de la source, il ne reste donc de ce moyen d'irrigation que les souvenirs des martinlysois. St Martin Lys, champ en terrasse au dessus du ruisseau

Derrière les arbres, deviner un champ en terrasse...
la partie marron au premier plan est la paroi de la gorge creusée par le ruisseau
Au dessus on distingue une sorte de plateau autrefois aménagé
La friche a recouvert l'ensemble des terrasses de la rive droite du ruisseau

Le coté gauche du ruisseau était trop en hauteur par rapport à la résurgence de la source pour permettre un tel système d'irrigation. Aussi toute la surface de la montagne de ce coté, une fois les arbres exploités, fut plantée en vigne (voir § vigne)


Retour à l'accueil     Précédent     Suivant